Interview de Gilles Nicolas, candidat aux élections cantonales

Deux questions à

Gilles NICOLAS

 

 

 

 

 

 

Pourquoi as-tu rejoint EELV cet été ?

Il y a 6 mois je n’aurais jamais imaginé intégrer un parti politique. Je considère que toutes les institutions prétendument démocratiques sont « confisquées » par les partis politiques traditionnels. Nous observons une tendance lourde à la professionnalisation politique qui s’appuie sur le cumul des mandats (en nombre et sur la durée) et la conversion de nombreux fonctionnaires et avocats en politiciens professionnels.

La révélation, par le contact parfois rude, de pratiques politiques contestables au plan éthique m’a conduit à m’intéresser aux mouvements et associations qui dénonçaient ces déviances. La découverte d’un courant politique et écologiste qui visait à introduire une priorité éthique lors de la création d’EUROPE ECOLOGIE m’a encouragé à rejoindre ce mouvement.

Dès lors que je partageais cette option fondamentale et les préoccupations démocratiques et environnementales portées par le mouvement, il m’a paru normal de participer à la diffusion de cette nouvelle philosophie politique, à travers les différents scrutins.

Pourquoi as-tu choisi de te présenter aux cantonales ?

Dans un premier temps nous avons recherché une candidature féminine titulaire, résidant sur le canton. Le mouvement EUROPE ECOLOGIE les verts est très récent (novembre 2010) et donc très peu implanté sur le canton. Faute de candidature féminine, j’ai accepté de me présenter en titulaire après avoir averti le Conseil municipal de CHEVAIGNE de mon intention.

C’est vrai que les chances d’être élu(e) sont faibles mais ce qui importe c’est d’encourager les électeurs qui ont déjà fait le choix d’une « politique autrement » au cours des précédents mandats, à poursuivre avec nous le combat éthique et démocratique.

Il n’existe pas d’autre moyen démocratique de peser sur la ligne politique des partis traditionnels que de regrouper le maximum de suffrages sur des courants politiques nouveaux. Le combat est d’autant plus difficile que même avec 20% des voix les écologistes ne peuvent espérer aucun élu parce que la majorité parlementaire, pour préserver ses privilèges de pouvoir, a adopté en décembre dernier une disposition de circonstance qui favorise les grands partis (Art 2 de la loi n°2010-1563 du 16 décembre 2010) : le seuil de maintien au second tour passe de 10,0% des inscrits à 12,5% des inscrits. De quoi supprimer légalement le pluralisme puisqu’avec 50 % de participation, il faudra 25 % des exprimés au premier tour pour pouvoir se maintenir au second tour.

Qu’à cela ne tienne nous nous battrons pour faire entendre notre voix.

Le canton de SAINT AUBIN d’AUBIGNE est composé de 15 communes regroupant 12 000 habitants environ répartis dans 3 regroupements intercommunaux différents. Cette partition est la conséquence de profonds déséquilibres économiques et démographiques entre le sud et le nord du canton, dus essentiellement à la proximité de RENNES mais aussi au défaut de tout aménagement concerté du territoire.

L’ambition des candidats d’Europe écologie – les verts est de réinvestir ce territoire et s’appuyer sur ses habitants et leurs richesses potentielles, notamment en agriculture, pour créer de nouvelles formes de développement plus respectueuse de l’homme et de l’environnement.

Gilles NICOLAS

Advertisements

0 Responses to “Interview de Gilles Nicolas, candidat aux élections cantonales”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :